English

COMPRENDRE LE DIABÈTE

Le diabète est une maladie caractérisée par l’incapacité de l’organisme à produire suffisamment d’insuline ou à utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone produite naturellement par le pancréas, une glande située près de l’estomac. Cette hormone régule la quantité de sucre (glucose) présente dans le sang. Nous avons tous besoin de sucre pour accomplir nos activités quotidiennes, que ce soit courir, marcher ou simplement respirer. Lorsque l’insuline ne peut plus subvenir aux besoins de l’organisme, le glucose s’accumule en quantité excessive dans le sang et provoque une « hyperglycémie ». En l’absence de traitement, l’hyperglycémie peut entraîner de graves problèmes de santé.

On distingue trois grands types de diabète : le diabète de type 1, le diabète de type 2 et le diabète gestationnel. Bien que ces trois types soient différents, pour bien vivre avec l’un ou l’autre, il est essentiel de comprendre les répercussions de l’hyperglycémie et de l’hypoglycémie sur l’organisme et ce que l’on peut faire pour gérer sa glycémie.

DIABÈTE DE TYPE 1

Le diabète de type 1 (aussi appelé « diabète juvénile ») peut se manifester à tout âge, mais il apparaît souvent chez les enfants et les jeunes adultes. En présence de ce type de diabète, l’organisme ne produit pas assez d’insuline ou n’en produit pas du tout.

Pour gérer le diabète de type 1, il faut prendre de l’insuline conformément aux prescriptions du médecin, avoir une alimentation équilibrée, faire de l’activité physique et analyser régulièrement sa glycémie.

Haut de la pageGo back to the top of the page

DIABÈTE DE TYPE 2

Le diabète de type 2 est le type de diabète le plus courant. Environ 90 % des personnes diabétiques sont atteintes de diabète de type 2. Ce type de diabète survient généralement chez les personnes d’un certain âge, mais il est récemment devenu plus courant chez les jeunes adultes et les enfants.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, la production d’insuline est insuffisante ou les cellules deviennent résistantes à l’insuline, ce qui empêche l’insuline de fonctionner efficacement.

Le traitement du diabète de type 2 repose sur une alimentation équilibrée, l’activité physique, la gestion du stress, la maîtrise de la tension artérielle, la prise de médicaments selon les prescriptions du médecin (le cas échéant) et l’analyse régulière de la glycémie.

Haut de la pageGo back to the top of the page

DIABÈTE GESTATIONNEL

Le diabète gestationnel se caractérise par une hyperglycémie survenant durant la grossesse chez des femmes sans antécédents de diabète. Il touche environ 5 % des femmes enceintes et survient généralement vers la 24e semaine de grossesse, lorsque l’organisme produit de grandes quantités d’hormones pour favoriser la croissance du bébé. Ces hormones causent une résistance à l’insuline. Si l’organisme ne parvient pas à produire plus d’insuline pour compenser, la glycémie devient excessive. Le diabète gestationnel doit être traité afin de réduire le risque de complications pour la mère et le bébé.

Les risques pour la mère sont notamment :

  • Infections des voies urinaires : glycémie élevée favorise la multiplication des bactéries
  • Césarienne
  • Prééclampsie : affection grave entraînant une hypertension artérielle, la présence de protéines dans les urines, l’enflure du visage, des mains et des pieds et une prise de poids plus importante
  • Polyhydramnios : excès de liquide amniotique susceptible de provoquer un accouchement prématuré.

Le diabète gestationnel expose les femmes à un risque accru de survenue du diabète de type 2 plus tard. En effet, un diabète de type 2 survient dans les 15 années suivantes chez jusqu’à 30 % des femmes ayant des antécédents de diabète gestationnel.

Le diabète gestationnel expose aussi le bébé à des problèmes de santé. Bien que généralement bénins, ces problèmes comprennent :

  • Macrosomie (bébé de poids supérieur à la normale) : l’exposition à des taux plus élevés d’insuline et de glucose entraîne un accroissement supérieur à la normale de la taille et du poids du bébé, ce qui peut aussi rendre l’accouchement vaginal difficile.
  • Hypoglycémie (faible taux de glucose dans le sang) : après l’accouchement, l’excès d’insuline peut provoquer une chute du taux de glucose sanguin chez le bébé et l’exposer aux complications de l’hypoglycémie.
  • Jaunisse du nouveau-né : trouble caractérisé par la coloration jaune de la peau du nouveau-né. Avant l’accouchement, le bébé fabrique un supplément de globules rouges. Après l’accouchement, son foie dégrade et élimine les globules en excès, produisant un déchet appelé « bilirubine ». En présence d’un excès de bilirubine, la peau et le blanc des yeux deviennent jaunes.

Heureusement, la gestion de la glycémie peut aider à prévenir certains des risques du diabète gestationnel pour la santé. Le traitement du diabète gestationnel repose sur une alimentation équilibrée, l’activité physique, la gestion du stress, la maîtrise de la tension artérielle, la prise possible d’insuline, and l’analyse régulière de la glycémie.

Haut de la page Go back to the top of the page

COMPRENDRE L’HYPOGLYCÉMIE ET L’HYPERGLYCÉMIE

Lorsque l’on vit avec le diabète, il est important de reconnaître les symptômes d’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang) et d’hyperglycémie (taux élevé de sucre dans le sang) et de savoir ce qu’il faut faire s’ils surviennent.

 

Hypoglycémie, ou faible taux de sucre dans le sang

L’hypoglycémie se produit lorsque le taux de sucre dans le sang (glycémie) est trop faible. Il n’est pas toujours facile d’en déterminer la présence. La meilleure façon de s’en assurer, c’est d’analyser sa glycémie avec l’indicateur CONTOUR® NEXT. En général, le résultat est inférieur à 4 mmol/L et les symptômes suivants peuvent être présents :

  • anxiété
  • confusion
  • difficulté à se concentrer
  • difficulté à parler
  • étourdissements
  • somnolence
  • maux de tête
  • faim
  • sautes d’humeur
  • nausées
  • palpitations (battements de cœur rapides ou irréguliers)
  • transpiration
  • fourmillements
  • tremblements
  • troubles de la vision
  • faiblesse

Il n’y a parfois aucun symptôme.

Le traitement de l’hypoglycémie dépend de l’importance de la baisse de la glycémie.

L’hypoglycémie est généralement considérée légère ou modérée dans les cas suivants :

  • vous présentez des symptômes;
  • votre glycémie est inférieure à 4,0 mmol/L;
  • vous êtes capable de traiter vous-même l’hypoglycémie.

Rappel : la SEULE façon de connaître votre glycémie est d’analyser votre sang avec un indicateur.

Traitement de l’hypoglycémie légère ou modérée

Appliquez la règle 15:15.
  • Ingérez 15 g de glucides. Effectuez une autre analyse 15 minutes plus tard.
  • Si, après 15 minutes, votre glycémie est toujours inférieure à 4,0 mmol/L, ingérez de nouveau 15 g de glucides.
Une fois l’hypoglycémie contrée, prenez les mesures suivantes pour éviter un autre épisode :
  • Mangez la collation ou le repas habituel prévu pour ce moment de la journée.
  • Si votre repas habituel est prévu dans plus d’une heure, prenez une collation (contenant 15 g de glucides et une source de protéines).

Exemples d’aliments contenant 15 g de glucides :
  • 15 g de glucose sous forme de comprimés
  • 15 mL (3 cuillères à thé ou 3 enveloppes) de sucre dissous dans de l’eau
  • 175 mL (3/4 tasse) de jus ou de boisson gazeuse régulière
  • 6 bonbons Life Savers® (1 = 2,5 g de glucides)
  • 15 mL (1 cuillère à soupe) de miel

*** Informez toujours votre équipe soignante de tous vos épisodes d’hypoglycémie. ***

L’hypoglycémie est généralement considérée grave dans les cas suivants :

  • votre glycémie est inférieure à 2,8 mmol/L;
  • vous avez besoin de l’aide d’une autre personne;
  • vous perdez connaissance.

Rappel : la SEULE façon de connaître votre glycémie est d’analyser votre sang avec un indicateur.

Traitement de l’hypoglycémie grave

L’hypoglycémie grave est une urgence médicale

Si vous êtes conscient :
  • Ingérez 20 g de glucides, de préférence sous forme de gel ou de comprimés de glucose.
  • Faites une autre analyse 15 minutes plus tard et, si votre glycémie est toujours inférieure à 4,0 mmol/L, ingérez de nouveau 15 g de glucose.

Si vous êtes inconscient :
  • Quelqu’un doit composer le 911.
  • Une injection de 1 mg de glucagon doit vous être administrée (si vous prenez de l’insuline, demandez à votre médecin une ordonnance de glucagon et apprenez aux membres de votre famille, à vos collègues et aux personnes qui vous appuient à vous administrer le médicament).

Informez dès que possible votre équipe soignante de tout épisode d’hypoglycémie grave.

Hypoglycémie récurrente

Si l’hypoglycémie a tendance à être récurrente, parlez-en à votre professionnel de la santé. Votre traitement, votre plan de repas ou votre programme d’activité physique pourrait devoir être modifié.

HYPERGLYCÉMIE, OU TAUX ÉLEVÉ DE SUCRE DANS LE SANG

L’hyperglycémie est le contraire de l’hypoglycémie. L’hyperglycémie se produit lorsque le taux de sucre dans le sang est trop élevé. En général, cela correspond à une glycémie à jeun de 11 mmol/L ou plus.

Causes possibles d’une hyperglycémie :

  • vous faites moins d’exercice que d’habitude
  • vous mangez plus que d’habitude
  • vous avez pris vos antidiabétiques et/ou votre insuline au mauvais moment
  • vous avez oublié de prendre vos antidiabétiques et/ou votre insuline
  • les doses de vos antidiabétiques et/ou d’insuline doivent être modifiées (ne les modifiez jamais sans consulter votre médecin)
  • vous devez changer d’antidiabétiques et/ou de type d’insuline
  • vous êtes malade (rhume, grippe, infection, etc.)
  • vous être stressé.

Le fait de consigner les résultats de vos analyses dans un journal peut vous être utile, ainsi qu’à votre équipe soignante, pour déterminer quand et pourquoi vous présentez des épisodes d’hyperglycémie. Votre équipe soignante peut vous aider à apporter les changements nécessaires pour maintenir votre glycémie dans l’intervalle cible.

Voici quelques signes courants d’hyperglycémie :

  • présence de sucre dans l’urine
  • besoin d’uriner plus fréquent que d’habitude
  • soif plus intense que d’habitude.

TOUTEFOIS, de nombreuses personnes ne présentent AUCUN symptôme. La seule façon de savoir si vous présentez réellement une hyperglycémie est d’analyser votre sang avec votre indicateur.

Haut de la page Go back to the top of the page

LA PRÉCISION EST IMPORTANTE

Lorsqu’il s’agit de mesurer la glycémie, la régularité des analyses et la précision de l’indicateur sont importantes. Votre indicateur pourrait donner des résultats qui s’écartent davantage que vous le croyez des résultats obtenus au laboratoire. Les indicateurs CONTOUR® NEXT dépassent les normes de l’industrie, donnant des résultats plus proches des résultats obtenus au laboratoire que les autres indicateurs. Comme vous vous appuyez sur les résultats de vos mesures de la glycémie pour prendre des décisions importantes, ces résultats doivent être aussi précis que possible.

Haut de la page Go back to the top of the page
COMPLÉMENT D’INFORMATION ET RESSOURCES